Heian-Sandan

Publié le par Erichat

Troisième Kata de la série des Heians, et découverte de la troisième position fondamentale "kibadachi" (position du cavalier, 50% du poids sur chaque jambe). Voici donc le texte et les vidéos concernant Heian-Sandan que j'ai pu glanner à droite ou à gauche. (non non, je ne fais pas de politique surtout en parlant de la position centrée au milieu : Kibadachi! lol)

Heian Sandan

Heian Sandan est le plus court de la série des Heian. Les plus âgés et les  gens qui n'ont pas beaucoup de vigueur le trouveront beaucoup  plus facile à faire plusieurs fois avec les jeunes gens. Depuis que Heian Sandan peut être fait en 30 secondes et c'est très intéressant, je pense que nous pouvons le faire beaucoup de fois.
 
Beaucoup de femmes choisissent ce kata comme  kata favori à cause des mouvements de hanches dynamiques
qu'il contient. Je pense que pour les femmes c'est un bon kata  à étudier et à pratiquer pendant quelque temps.
 
Dans Heian Sandan, nous insistons sur les techniques de dégagement d'un adversaire qui vous saisi le poignet, vous saisit par derrière, vous saisit le cou et ainsi de suite. Ces techniques sont dures à se représenter, donc c'est important pour vous de  pratiquer des dégagements contre un adversaire réel comme vous l'apprenez dans ce kata. Tout le monde doit exécuter des techniques exactes. Si vous ne faites pas de techniques exactes, les techniques de dégagement ne marcheront pas.

Un de ces dégagements qui je pense est particulièrement intéressant, se situe juste après le nukite. Dans ce mouvement (mouvement 9) nous nous dégageons d'une  saisie de la main. C'est le poignet qui va à la hanche, mais par rapport à l'adversaire, ce sont les hanches qui vont réellement vers le poignet. En d'autres termes, si vous êtes une personne de petit gabarit, contre un adversaire plus grand, n'essayez pas de degager votre main ou votre bras . En fait, quand vous tournez, laissez votre poignet en place et déplacez vos hanches vers votre poignet. Alors quand votre poignet touche votre hanche, frappez le coude de l'adversaire avec  tetsui ou son flanc. Ne vous dégagez pas avec la force du bras. Enlevez complètement votre concentration du poignet, épaule et bras, mais faites vos mouvements avec une respiration pleine. Ayez une sensation forte dans le bras et le poignet. Utilisez le mouvement de vos hanches et vous pourrez ainsi vous dégager.
 
Une autre chose intéressante que nous pouvons apprendre dans ce kata, est une façon distincte et  différente de faire gedan barai. Faire gedan barai quand l'adversaire vous fait face en bloquant  vers le bas (comme dans le  mouvement 2) est différent que de bloquer sur le  côté comme dans le premier mouvement de Heian Shodan. Quand vous affrontez l'adversaire en face de  vous, vous utilisez la largeur de votre corps. La force de ce blocage vient de la rotation  des hanches sur le coté avec le blocage dans le même temps. Au contraire, quand vous balancez votre blocage sur le côté, vous ouvrez, vous ne faite pas une rotation des hanches. Au lieu de cela, la forme dans Heian Shodan indique une direction. Donc la hanche, le bras, en fait, le corps entier bouge dans une direction. Bloquer sur le côté avec une longue posture et les hanches ouvertes est typique de l'influence Shaolin. Bloquer avec une rotation des hanches comme dans Heian Sandan est une technique Shokei. 

Heian Sandan paraît combiner les influences des écoles Shaolin et Shokei. Mon impression est que ce kata, comparé aux autres Heian, a une influence Shokei plus forte. Heian Sandan n'est pas comme Heian Nidan ou Heian Shodan. Dans Heian Sandan, l'adversaire est beaucoup plus proche de vous, donc c'est un bon kata pour vous  former au combat de près, où quelqu'un  vous tient le bras ou vous attrape pour vous sauter dessus. Vous devriez pratiquer Heian Sandan avec les hanches basses et avec une posture forte. 

Vous devez faire un bon kokutsu dans le premier et quatrième mouvements et garder le pied arrière à l'intérieur, le corps de face, avec seulement la tête qui  tourne à gauche ou à droite.
 
Les autres postures sont très importantes, surtout les kibadachi et le heisoku dachi debout (rapprocher les jambes) dans le mouvement 11. Réunissez vos pieds, vos genoux et mettez-vous debout. Alors dans les mouvements 12 à 14, frappez soudainement fumikomi en faisant kibadachi avec un blocage fort et attaquez avec uraken. Votre esprit doit mener votre corps et vos hanches doivent aller au devant pour frapper fumikoni autrement on ne peut pas faire un kibadachi fort. 

Heian Sandan a trois mouvements de fumikomi (12, 15 et 18). Malheureusement nous ne pouvons pas frapper par terre chaque fois que nous faisons un fumikomi de base. Nous pourrions le faire dans un chemin, ce serait plus naturel. Mais le fumikomi de Heian Sandan est un peu différent de ce que nous faisons quand nous faisons le fumikomi de base. Quelquefois c'est mieux de toucher le sol, du momment que nous ne nous blessons pas les pieds, les jambes ou les hanches. Si nous frappons toujours dans le vide, certaines personnes ne se rendront  jamais compte de cela(les coup de pied ne sont pas réalistes). Quand nous frappons réellement, quelquefois l'onde de choc revient dans notre corps(parce que vous frappez trop fort le sol), et le coup de pied n'est pas efficace. D'un autre côté, si vous tapez du pied trop fortement chaque fois, vous pouvez vous blesser à la cheville ou au talon, donc il est très difficile de déterminer si vous pouvez ou non frapper. Vous devez faire attention à ne pas vous blesser.
 
Heian Sandan  insiste sur le fait de frapper uraken en kibadachi (mouvements 13, 16 et 19). Le coude de l'uraken doit tirer vers le bas et se connecter avec la position  kibadachi.
 
Dans le mouvement 22, avec la main droite qui attaque la tête de l'adversaire derrière vous et le poing gauche qui va à la hanche, ce n'est pas juste une posture, c'est une attaque du coude. Vous devez insister pour faire une attaque du coude forte sur l'adversaire derrière vous. Cela est suivi (mouvement 23) en un déplacement dynamique des hanches à droite avec les deux pieds au sol(yori ashi), en attaquant  derrière vous avec le coude. Quand vous attaquez  avec le poing  la tête de l'adversaire derrière vous, le dos du poing est  toujours au-dessus.

Beaucoup de personnes ne font pas cette forme correctement.
 
Partout dans le kata, insistez pour que votre esprit guide votre corps, quand vous vous déplacez de kokutsu à zenkutsu, zenkutsu à kibadachi, heisoku dachi à kibadachi ou quand vous pivoter en kibadachi. Chaque mouvement doit être réaliste, dynamique et puissant. Faites ce kata fort et ne perdez jamais votre equilibre.

  

http://www.dailymotion.com/video/x2n7ba_heian-sandan

Publié dans Karaté

Commenter cet article